Marville - Concert Paraguay Barocco le 19 mai


Le dimanche 19 mai 2013 à 16h00 

Concert organisé par Marville Terres Communes avec le soutien du Conseil général de la Meuse.




L’ensemble Paraguay Barroco est composé de neuf jeunes musiciens regroupés autour du claveciniste franco-paraguayen Alexandre Chauffaud, et recrutés parmi les couches les plus populaires de la société paraguayenne.






PB seul

Procession: Dulce Jesús mío – Anónimo (2’)

Europe

La tempestad del mar – David Pérez (4’40’’)
Mia bella irene – Domenico Zipoli (4’15’’)
Lascia ch’io pianga – Georg Friedrich Haendel (5’)
I pensieri adriarmonici (Concerto II) – Giacomo Facco (7’17’’)
Sound the trumpet – Henry Purcell (2’)
No hay que decirle el primor – Anónimo  (2’40’’)

Amérique latine

Pastoreta ychepe flauta – Anónimo (8’)
Ah de las mazmorras – Anónimo, Sor Juana Inés de la Cruz (3’40’’)
Tarara qui yo soi anton – Antonio de Salazar (3’)
Sonata Chiquitana VI – Anónimo (8’)
Ay andar, andar – Juan de Araujo (2’44’’)
El congo – Martínez Compañón (2’20’’)
Cachua a 4 al nacimiento – Martínez Compañón (1’40’’)


L’Ensemble « Paraguay Barroco »


Pays trop mal connu, le Paraguay, cette « île au milieu des terres », enclavé entre Argentine, Brésil et Bolivie, fut jadis une grande nation dont ne subsistent que quelques vestiges d’un glorieux passé : celui créé par les missionnaires jésuites et les Indiens guaranis, tel qu’il est raconté dans le célèbre film « Mission » de François Joffé.
C’est là que naquit, voici cinq ans, l’ensemble « Paraguay Barroco » : neuf jeunes musiciens regroupés autour du claveciniste franco-paraguayen Alexandre Chauffaud, généralement recrutés parmi les couches les plus populaires de la société paraguayenne, et qui ont entrepris une extraordinaire aventure ; celle de partir à ce qu’ils appellent « la recherche des vestiges d’un rêve ». Sans cesse soutenus par le Centre International des Chemins du Baroque de Sarrebourg depuis l’origine du groupe, formés sans relâche aux techniques d’interprétation de la musique baroque, ils constituent aujourd’hui l’une des plus belles équipes musicales de cette Amérique Latine sans cesse à la recherche de son passé culturel et musical.

Voici encore peu en effet, on croyait perdues à jamais toutes ces œuvres de musique sacrée nées de la « Rencontre de deux mondes » et qui font de l’Amérique latine la terre d’élection d’un art musical qui s’y développa dans des proportions stupéfiantes depuis la fin du XVIème siècle et pendant tout le siècle suivant. C’est cet itinéraire que raconteront les jeunes musiciens de « Paraguay Barroco », mêlant instruments européens et autochtones dont le mélange sonore confère  une saveur très particulière au langage baroque. Il y a le clavecin, l’orgue, violons et violoncelles, bien sûr, mais lorsque entrent en scène les percussions ou encore la harpe paraguayenne, jouée avec une incroyable virtuosité et telle qu’elle est omni présente auParaguay d’aujourd’hui, le décor change pour restituer aux auditeurs – toujours surpris – des rythmes et des couleurs inconnus sous nos latitudes. On passe insensiblement d’un psaume religieux à une « Guaracha » endiablée, tandis que se découvrent peu à peu ces « vestiges d’un rêve ». Histoire des civilisations, géographie, magie sonore, tout est présent dans ce spectacle qui raconte « une autre histoire du monde ».

Cette utopie, les musiciens de « Paraguay Barroco » entendent la partager avec d’autres musiciens ; leur faire découvrir – ainsi qu’au public – les richesses de ces patrimoines qu’ils font revivre.


L’ENSEMBLE PARAGUAY BARROCO :
Sara Arana                                    1er violon
Alfredo Yahari                                violon
Pacita Diez perez                          violon et alto
Santiago Olmedo                           violoncelle
Benjamin Baez                                violoncelle
Victoria Oviedo                               harpes baroque & paraguayenne
Laura Delogu                                    soprano
Jessica Bogado                               soprano
Alexandre Chauffaud                       Orgue, clavecin et continuo








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire